Vous trouverez ci-dessous un très long, trop long article, sur un sujet qui vous semblera sûrement loin de l’Ayurveda qui vous intéresse, mais qui m’est apparu important de vous partager, au moins pour que vous soyez en partie informé.

Ayur vous le savez veut dire Vie, l’ayurveda est la science de la Vie, la préservation de la Vie, ce processus inné qui poursuit l’existence d’une manière harmonieuse et parfaite, pour peu qu’on sache l’observer, l’écouter la comprendre l’accepter, la vivre tout simplement.
Cette vie est de nouveau mise en danger et ce d’une manière plus pernitieuse qu’il n’y paraît au premier abord.

C’est tout le danger de la manipulation de la matière à un niveau subtil par des consciences très grossières (nucléaire, génétique, ogm, electromagnétisme, etc), même si l’ensemble du problème purement humain, pourrait se résumer par cette simple phrase pêchée ce matin (20 janvier 2019, Guruvayur) ;
« Quand on a une vie meilleure que les autres, on construit naturellement une table plus grande, pas une clôture plus haute ».

Maharishi Mahesh Yogi*, dont je suis et partage à mon humble niveau les connaissances, de par son expérience et sa nature, n’a jamais été un alarmiste. Au contraire il montrait toujours l’aspect évolutif et la perfection de la Nature, humaine en particulier. Il nous conseillait de regarder ce que nous avions à faire, de le faire et de ne pas nous préoccuper des problèmes, dans le sens où cela détournait l’attention de l’évolution. Attention, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, il parlait ici de regard porté sur les choses, non pas de les ignorer ou les éviter.

Pourtant malgré ce regard très positif sur l’existence, Maharishi par deux fois a alerté.
La première fois fut au début de la commercialisation d’ogm dans la nourriture en 1990 où il fut très dur par une phrase du genre : «  Si l’humanité se lance là-dedans, elle s’anéantira en 2-3 générations ». Et dès les années 90, il conseillait de s’informer puis d’informer autour de nous.
La deuxième fois fut quand il parla de la plus grande source de pollution à laquelle nous aurions à faire face qu’est l’électromagnétisme.
Et nous y sommes.
Certes nous y sommes depuis pas mal d’années, le rayonnement électromagnétique fait déjà énormément de dégâts (mobiles, wifi, antennes, four à micro-ondes, etc), mais là nous allons franchir une étape (nous ? ou ceux qui veulent des clôtures/argent plus hautes?) qui sera irréversible et incontrôlable.

Sans plus de philosophie, je vous livre cet article que j’ai traduit avec l’aide d’internet et que je ne corrigerai pas faute de temps. Je n’ai traduit qu’une partie, car je ne suis pas sûr que vous serez passionné(e) par le sujet. La suite en anglais, ainsi que toutes les références scientifiques se trouveront en cliquant sur ce lien. Vous pouvez à votre tour utiliser un traducteur en ligne si besoin.
Bonne lecture quand même.

APPEL INTERNATIONAL
Stop 5G sur Terre et dans l'espace
Au 11 janvier 2019, il y avait 31 291 signataires.
À l'ONU, à l'OMS, à l'UE et au Conseil de l'Europe
et les gouvernements de toutes les nations

Nous, scientifiques, médecins, organisations environnementales et citoyens de (__) pays soussignés, appelons de toute urgence l’arrêt du déploiement du réseau sans fil 5G (cinquième génération), y compris la 5G depuis des satellites spatiaux. La 5G augmentera considérablement l'exposition aux rayonnements radioélectriques au-dessus des réseaux 2G, 3G et 4G déjà en place pour les télécommunications. Les rayonnements RF se sont avérés nocifs pour l'homme et l'environnement. Le déploiement de la 5G constitue une expérience sur l’humanité et l’environnement qualifié de crime par le droit international.

Résumé

Les entreprises de télécommunications du monde entier, avec le soutien des gouvernements, sont prêtes à déployer le réseau sans fil de cinquième génération (5G) dans les deux prochaines années. Cela devrait permettre de réaliser ce qui est reconnu comme un changement sociétal sans précédent à l'échelle mondiale. Nous aurons des maisons «intelligentes», des entreprises «intelligentes», des autoroutes «intelligentes», des villes «intelligentes» et des voitures autonomes. Pratiquement tout ce que nous possédons et achetons, des réfrigérateurs et des machines à laver aux cartons à lait, aux brosses à cheveux et aux couches pour bébés, contiendra des antennes et des puces et sera connecté sans fil à Internet. Chaque personne sur Terre aura un accès instantané à des communications sans fil à très haute vitesse et à faible temps de latence depuis n’importe quel point de la planète, même dans les forêts tropicales, les océans et l’Antarctique.

Ce qui n’est pas largement reconnu, c’est que cela entraînera également des changements environnementaux sans précédent à l’échelle mondiale. La densité prévue d'émetteurs radiofréquences est impossible à prévoir. Outre des millions de nouvelles stations de base 5G sur Terre et 20 000 nouveaux satellites dans l'espace, 200 milliards d'objets émetteurs, selon les estimations, feront partie de l'Internet des objets d'ici 2020, et un billion d'objets quelques années plus tard. La 5G commerciale à des fréquences plus basses et à des vitesses plus faibles a été déployée au Qatar, en Finlande et en Estonie à la mi-2018. Le déploiement de la 5G à des fréquences extrêmement élevées (onde millimétrique) devrait commencer à la fin de 2018.

Malgré le démenti généralisé, les preuves selon lesquelles les rayonnements radiofréquences (RF) sont nocifs pour la vie sont déjà accablantes. Les preuves cliniques accumulées d'êtres humains malades et blessés, les preuves expérimentales de dommages à l'ADN, aux cellules et aux systèmes d'organes dans une grande variété de plantes et d'animaux, et la preuve épidémiologique que les principales maladies de la civilisation moderne - le cancer, les maladies cardiaques et le diabète - sont en grande partie causée par la pollution électromagnétique, constitue une base documentaire de plus de 10 000 études examinées par des pairs.

Si les projets de la 5G de l'industrie des télécommunications se concrétisent, aucune personne, aucun animal, aucun oiseau, aucun insecte ni aucune plante sur Terre ne pourra éviter l'exposition, 24 heures par jour, 365 jours par an, à des niveaux de rayonnement RF sont des dizaines, voire des centaines de fois plus grandes que ce qui existe aujourd’hui, sans aucune possibilité d’évasion, ni sur la planète Ces plans de la 5G risquent d’avoir des effets graves et irréversibles sur l’être humain ainsi que des dommages permanents à tous les écosystèmes de la Terre.

Des mesures immédiates doivent être prises pour protéger l'humanité et l'environnement, conformément aux impératifs éthiques et aux accords internationaux.
La 5G entraînera une augmentation massive de l'exposition inévitable et involontaire au rayonnement sans fil
5G au sol

Afin de transmettre les énormes quantités de données nécessaires à l'Internet des objets (IoT), la technologie 5G, lorsqu'elle sera pleinement déployée, utilisera des ondes millimétriques, qui sont mal transmises à travers des matériaux solides. Cela obligera chaque transporteur à installer des stations de base tous les 100 mètres [1] dans toutes les zones urbaines du monde. Contrairement aux générations précédentes de technologie sans fil, dans lesquelles une seule antenne diffuse sur une zone étendue, les stations de base 5G et les appareils 5G disposeront de plusieurs antennes disposées en «barrées de phase» [2], [3] qui fonctionnent ensemble pour émettre de manière focalisée, orientable, faisceaux de type laser qui se suivent.

Chaque téléphone 5G contiendra des dizaines d'antennes minuscules, travaillant ensemble pour suivre et diriger un faisceau étroitement focalisé vers la tour cellulaire la plus proche. La Federal Communications Commission (FCC) des États-Unis a adopté des règles [4] permettant à la puissance effective de ces faisceaux d'atteindre 20 watts, soit dix fois plus que les niveaux autorisés pour les téléphones actuels.

Chaque station de base 5G contiendra des centaines ou des milliers d'antennes orientant simultanément plusieurs faisceaux de type laser sur tous les téléphones cellulaires et tous les appareils de l'utilisateur situés dans sa zone de service. Cette technologie s'appelle «entrée multiple sortie multiple» ou MIMO. Les règles de la FCC permettent que la puissance apparente rayonnée des faisceaux d’une station de base 5G atteigne 30 000 watts par 100 MHz de spectre [4] ou équivaut à 300 000 watts par GHz de spectre, des dizaines à des centaines de fois plus puissante que les niveaux autorisés stations de base actuelles.
5G spatiale


Au moins cinq entreprises [5] proposent de fournir la 5G depuis l'espace provenant de 20 000 satellites combinés en orbite terrestre basse et moyenne, qui couvriront la Terre de puissants faisceaux dirigés orientables. Chaque satellite émettra des ondes millimétriques d'une puissance apparente rayonnée allant jusqu'à 5 millions de watts [6] émises par des milliers d'antennes disposées en phasé. Bien que l’énergie atteignant le sol par les satellites soit inférieure à celle des antennes au sol, elle irradiera des zones de la Terre non atteintes par d’autres émetteurs et s’ajoutera aux émissions 5G au sol émises par des milliards d’objets IoT. Plus important encore, les satellites seront situés dans la magnétosphère de la Terre, qui exerce une influence considérable sur les propriétés électriques de l’atmosphère. L’altération de l’environnement électromagnétique terrestre peut représenter une menace encore plus grande pour la vie que le rayonnement des antennes au sol (voir ci-dessous).
Les effets nocifs du rayonnement radioélectrique sont déjà prouvés

Même avant la proposition de la 5G, des dizaines de pétitions et d'appels [7] de scientifiques internationaux, y compris l'Appel Freiburger signé par plus de 3 000 médecins, ont appelé à un arrêt de l'expansion de la technologie sans fil et à un moratoire sur les nouvelles stations de base [8].

En 2015, 215 scientifiques de 41 pays ont communiqué leur alerte aux Nations Unies (ONU) et à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). [9] Ils ont déclaré que «de nombreuses publications scientifiques récentes ont montré que les champs électromagnétiques (CEM) affectent les organismes vivants à des niveaux bien supérieurs à la plupart des directives internationales et nationales». Plus de 10 000 études scientifiques évaluées par des pairs démontrent les effets nocifs des rayonnements RF sur la santé humaine. [10] [11] Les effets incluent:

Altération du rythme cardiaque [12]
Altération de l'expression des gènes [13]
Métabolisme altéré [14]
Développement altéré des cellules souches [15]
Cancers [16]
Maladie cardiovasculaire [17]
Déficience cognitive [18]
Dommages à l'ADN [19]
Impacts sur le bien-être général [20]
Augmentation des radicaux libres [21]
Déficits d'apprentissage et de mémoire [22]
Dysfonctionnement et qualité du sperme [23]
Fausse couche [24]
Lésion neurologique [25]
Obésité et diabète [26]
Stress oxydant [27]
Les effets chez les enfants incluent l'autisme, [28] le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH) [29] [30] et l'asthme [31].


Les dommages vont bien au-delà de la race humaine, car il existe de nombreuses preuves des dommages causés à divers animaux et plantes [32] [33], aux animaux de laboratoire et aux animaux de laboratoire, notamment:
Fourmis [34]
Oiseaux [35] [36]
Forêts [37]
Grenouilles [38]
Mouches des fruits [39]
Abeilles à miel [40]
Insectes [41]
Mammifères [42]
Souris [43] [44]
Plantes [45]
Rats [46]
Arbres [47]
Des effets microbiologiques négatifs [48] ont également été enregistrés.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l'OMS a conclu en 2011 que les rayonnements RF de fréquences comprises entre 30 kHz et 300 GHz étaient peut-être cancérogènes pour l'homme (groupe 2B). [49] Cependant, des preuves récentes, y compris les dernières études sur l'utilisation du téléphone cellulaire et les risques de cancer du cerveau, indiquent que le rayonnement RF est cancérogène avéré pour l'homme [50] et qu'il devrait maintenant être classé dans la catégorie «cancérogène du groupe 1» avec la fumée de tabac et l'amiante.


La plupart des signaux sans fil contemporains sont modulés par impulsions. Les dommages sont causés à la fois par l'onde porteuse haute fréquence et par les pulsations basse fréquence. [51]
Le déploiement de satellites 5G doit être interdit
La Terre, l'ionosphère et la basse atmosphère forment le circuit électrique global [52] dans lequel nous vivons. Il est bien établi que les rythmes biologiques - des humains, [53] [54] des oiseaux, [55] des hamsters, [56] et des araignées [57] [58] - sont contrôlés par l'environnement électromagnétique naturel de la Terre et que le bien-être de tous les organismes dépend de la stabilité de cet environnement, y compris des propriétés électriques de l'atmosphère. [59] [60] [61] [62] Cherry, dans un document novateur [63], a expliqué l’importance des résonances de Schumann [64] et expliqué pourquoi les perturbations ionosphériques peuvent modifier la pression artérielle et la mélatonine et provoquer «des cancers, des maladies de la reproduction, des maladies cardiaques et neurologiques et la mort».

Ces éléments de notre environnement électromagnétique ont déjà été modifiés par le rayonnement des lignes électriques. Le rayonnement harmonique sur les lignes électriques [65] atteint l’ionosphère et la magnétosphère de la Terre, où il est amplifié par les interactions onde-particule. [66] [67] En 1985, le Dr Robert O. Becker a averti que le rayonnement harmonique des lignes électriques avait déjà modifié la structure de la magnétosphère et que l'expansion continue de cet effet "menaçait la viabilité de toute la vie sur Terre". [68] L'emplacement de dizaines de milliers de satellites directement dans l'ionosphère et la magnétosphère, émettant des signaux modulés à des millions de watts et des millions de fréquences, est susceptible de modifier notre environnement électromagnétique au-delà de notre capacité d'adaptation. [69]

Une surveillance informelle a déjà fourni des preuves d’effets graves sur les humains et les animaux de la centaine de satellites qui fournissent des services téléphoniques 2G et 3G depuis une orbite basse depuis 1998. Ces effets ne peuvent être compris uniquement à la lumière des faibles niveaux de rayonnement au sol. Les connaissances provenant d'autres disciplines scientifiques pertinentes doivent être prises en compte, y compris les domaines de la physique atmosphérique et de l'acupuncture. [70] [71] [72] [73] L'ajout de 20 000 satellites 5G va polluer davantage le circuit électrique mondial [74] [75] et pourrait altérer les résonances de Schumann [76], avec lesquelles toute la vie sur Terre a évolué. Les effets seront universels et peuvent être profondément dommageables.

La 5G est qualitativement et quantitativement différente de la 4G
L'idée selon laquelle nous tolérerons des dizaines, voire des centaines de fois plus de radiations à des longueurs d'onde millimétriques repose sur une modélisation erronée du corps humain sous la forme d'une coque remplie d'un liquide homogène. [77] [78] L'hypothèse selon laquelle les ondes millimétriques ne pénètrent pas au-delà de la peau ignore complètement les nerfs [79], les vaisseaux sanguins [80] [81] et les autres structures électriquement conductrices capables de véhiculer des courants de rayonnement induits profondément dans le corps [82] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [83] [81] 84] Une autre erreur potentiellement plus grave est que les matrices en phase ne sont pas des antennes ordinaires. Lorsqu'un champ électromagnétique ordinaire pénètre dans le corps, il provoque le déplacement des charges et la circulation des courants. Mais lorsque des impulsions électromagnétiques extrêmement courtes pénètrent dans le corps, quelque chose d'autre se produit: les charges en mouvement deviennent elles-mêmes de petites antennes qui redirigent le champ électromagnétique et l'envoient plus profondément dans le corps. Ces ondes reradiées sont appelées précurseurs de Brillouin. [85] Ils deviennent importants lorsque la puissance ou la phase des vagues change assez rapidement [86]. La 5G satisfera probablement les deux critères.

En outre, une pénétration superficielle en soi constitue un danger unique pour les yeux et pour le plus grand organe du corps, la peau, ainsi que pour les très petites créatures. Des études examinées par des pairs ont récemment été publiées, prédisant les brûlures thermiques de la peau [87] chez l'homme à partir du rayonnement 5G et de l'absorption résonnante par les insectes [88], qui absorbent jusqu'à 100 fois plus de rayonnement à des longueurs d'onde millimétriques que celles actuellement utilisées . Les populations d'insectes volants ayant diminué de 75 à 80% depuis 1989 même dans les zones naturelles protégées [89], le rayonnement 5G pourrait avoir des effets catastrophiques sur les populations d'insectes du monde entier. Une étude réalisée en 1986 par Om Gandhi a averti que les ondes millimétriques sont fortement absorbées par la cornée de l'œil et que les vêtements ordinaires, d'épaisseur millimétrique, augmentent l'absorption d'énergie par la peau par un effet de type résonance. [90] Russell (2018) examine les effets connus des ondes millimétriques sur la peau, les yeux (y compris la cataracte), la fréquence cardiaque, le système immunitaire et l'ADN. [91]

Les régulateurs ont délibérément exclu la preuve scientifique du préjudice
L’industrie et les gouvernements ont jusqu’à présent pris part au développement de la 5G, tandis que des milliers d’études scientifiques évaluant des effets biologiques sur les humains, les animaux, les insectes et les plantes, ainsi que des effets alarmants sur la santé et l’environnement ont été menées dans des milliers d’études évaluées par des pairs. exclu. Les directives de sécurité actuellement inadéquates s'expliquent par le fait que les conflits d'intérêts des organismes de normalisation «en raison de leurs relations avec les entreprises de télécommunications ou d'électricité nuisent à l'impartialité qui devrait régir la réglementation des normes d'exposition du public pour les rayonnements non ionisants». [92] Le professeur émérite Martin L. Pall expose en détail les conflits d'intérêts et les listes des études importantes qui ont été exclues dans sa revue de littérature. [93]

L'hypothèse thermique est obsolète - de nouvelles normes de sécurité sont nécessaires
Les directives de sécurité actuelles reposent sur l'hypothèse obsolète selon laquelle le chauffage est le seul effet nocif des champs électromagnétiques. Comme Markov et Grigoriev l'ont déclaré, «les normes actuelles ne tiennent pas compte de la pollution réelle de l'environnement par des rayonnements non ionisants». [94] Des centaines de scientifiques, y compris de nombreux signataires du présent appel, ont prouvé que de nombreux types de maladies et de blessures aiguës et chroniques étaient causés sans réchauffement («effet non thermique») à partir de niveaux de rayonnement bien inférieurs aux recommandations internationales.9 niveaux de puissance proches de zéro. Parmi les effets constatés à 0,02 picowatts (billion de watts) par centimètre carré ou moins, on peut citer une modification de la structure génétique de E. coli [95] et des rats, [96] une modification de l'EEG chez l'homme, [97] une stimulation de la croissance chez le haricot , [98] et la stimulation de l'ovulation chez les poulets. [99]

Pour se protéger contre les effets non thermiques, la durée d'exposition doit être prise en compte. La 5G exposera tout le monde à de nombreuses autres transmissions simultanément et en continu, jour et nuit, sans interruption. De nouvelles normes de sécurité sont nécessaires et devraient être basées sur l'exposition cumulative et non seulement sur les niveaux de puissance, mais également sur la fréquence, la largeur de bande, la modulation, la forme d'onde, la largeur d'impulsion et d'autres propriétés importantes sur le plan biologique. Les antennes doivent être confinées à des emplacements spécifiques identifiés publiquement. Pour protéger les humains, les antennes doivent être situées loin de l’endroit où les gens vivent et travaillent, et exclues des droits de passage publics où les gens se promènent. Pour protéger la faune, ils doivent être exclus des sanctuaires de nature vierge et strictement minimisés dans les régions isolées de la Terre. Pour protéger toute la vie, les satellites de télécommunications commerciales doivent être en nombre limité et interdits sur les orbites terrestres basses et moyennes. Les réseaux en phase doivent être interdits sur Terre et dans l'espace.

Le rayonnement RF a des effets aigus et chroniques
Les rayonnements RF ont des effets à la fois immédiats et à long terme. Le cancer et les maladies cardiaques sont des exemples d'effets à long terme. L'altération du rythme cardiaque [100] et les modifications de la fonction cérébrale (EEG) [101] sont des exemples d'effets immédiats. Un syndrome appelé maladie des ondes radioélectriques [102] dans l'ex-Union soviétique et appelé hypersensibilité électromagnétique (EHS) dans le monde aujourd'hui [103] peut être aigu ou chronique. Le professeur Karl Hecht a publié une histoire détaillée de ces syndromes, établie à partir d'une analyse de plus de 1 500 articles scientifiques russes et des antécédents cliniques de plus de 1 000 de ses propres patients en Allemagne. Les résultats objectifs comprennent les troubles du sommeil, la pression artérielle et le rythme cardiaque anormaux, les troubles digestifs, la perte de cheveux, les acouphènes et les éruptions cutanées. Les symptômes subjectifs comprennent les vertiges, les nausées, les maux de tête, la perte de mémoire, l'incapacité de se concentrer, la fatigue, les symptômes pseudo-grippaux et les douleurs cardiaques. [104]


La directive EUROPAEM relative aux CEM 2016 indique que l'EHS se développe lorsque les personnes sont «continuellement exposées dans leur vie quotidienne» à des niveaux croissants de CÉM, et que «la réduction et la prévention de l'exposition aux CÉM» sont nécessaires pour rétablir la santé de ces patients. L'EHS ne devrait plus être considérée comme une maladie, mais comme une blessure provoquée par un environnement toxique qui touche une partie de plus en plus importante de la population, estimée à 100 millions de personnes dans le monde, [106] [107] et qui pourrait bientôt toucher tout le monde [108] si le déploiement mondial de la 5G est autorisé.


La Déclaration scientifique internationale sur l'EHS et la sensibilité chimique multiple (MCS), Bruxelles, déclarait en 2015 que «[l] 'action est un coût pour la société et n'est plus une option… [N] ous reconnaissons unanimement ce grave danger pour la santé publique […] [Exigeant de manière urgente] que les principales mesures de prévention primaire soient adoptées et hiérarchisées afin de faire face à cette épidémie mondiale à l'échelle mondiale »(soulignement ajouté). [109]
Les gouvernements du monde manquent à leur devoir de sollicitude envers les populations qu'ils gouvernent
Dans leur hâte de mettre en œuvre la 5G et d'encourager l'utilisation sans contrainte de l'espace extra-atmosphérique, l'Union européenne, les États-Unis et les gouvernements nationaux du monde entier prennent des mesures pour assurer un environnement réglementaire «sans obstacles». [110] Ils interdisent aux autorités locales d'appliquer les lois environnementales [111] et "dans l'intérêt d'un déploiement rapide et rentable", en supprimant "les fardeaux inutiles ... tels que les procédures de planification locales [et] les diverses limites spécifiques du champ électromagnétique (CEM)." ) les émissions et les méthodes requises pour les agréger ”[112].


Les gouvernements promulguent également des lois visant à rendre l'utilisation des installations sans fil autorisée dans tous les droits de passage publics [113]. À ce jour, la plupart des installations sans fil ont été installées dans des propriétés privées à une certaine distance des habitations et des entreprises. Afin de pouvoir être espacés de moins de 100 mètres, comme l'exige la 5G, ils seront désormais situés sur le trottoir devant les maisons et les commerces et au-dessus de la tête des piétons, y compris des mères avec des bébés.


Les exigences relatives aux avis publics et aux audiences publiques sont éliminées. Même s'il y avait une audience et que 100 experts scientifiques devaient témoigner contre la 5G, des lois ont été adoptées, qui interdisent aux autorités locales de prendre en compte leur témoignage. La loi américaine, par exemple, interdit aux gouvernements locaux de réglementer les technologies sans fil «sur la base des effets environnementaux des rayonnements radioélectriques» [114], et les tribunaux ont annulé les décisions réglementaires concernant l'emplacement des tours de téléphonie simplement parce que la plupart des témoignages publics portaient sur la santé [115] Les assureurs ne fournissent pas de couverture contre les risques liés aux champs électromagnétiques [116], et l’entité qui assumera la responsabilité juridique des dommages à la vie, aux membres et aux biens résultant de l’exposition à la 5G (qu’elle soit terrestre ou spatiale) n’est pas clairement définie. [117]


En l'absence d'un régime juridique global convenu régissant les activités dans l'espace, la responsabilité juridique de ces activités est inexistante, malgré la perspective de continents entiers, l'atmosphère et les océans étant menacés par ceux-ci.
  Les accords internationaux sont violés

Enfants et devoir de diligence

La Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant: les États «s'engagent à assurer à l'enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être» (art. 3), «à assurer… la survie et le développement de l'enfant "(Art. 6) et" prendre les mesures appropriées pour lutter contre les maladies… en tenant compte des dangers et des risques de pollution de l'environnement "(art. 24 c)).


Le Code de Nuremberg (1949) s’applique à toutes les expériences sur des humains, ce qui inclut le déploiement de la 5G avec une nouvelle exposition à un rayonnement RF plus élevée, qui n’a pas été testée avant la commercialisation pour la sécurité. «Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel» (art. 1). L'exposition à la 5G sera involontaire. «Aucune expérience ne devrait être menée s'il existe a priori des raisons de croire que des blessures mortelles ou invalidantes se produiront» (art. 5). Les conclusions de plus de 10 000 études scientifiques et les voix de centaines d’organisations internationales représentant des centaines de milliers de membres qui ont été blessés et qui ont été déplacées de leurs foyers par des installations de télécommunication sans fil déjà existantes sont des raisons «a priori de croire une blessure invalidante se produira ».



Obligation d'informer et CEM

L’Assemblée mondiale de la normalisation des télécommunications (2012) de l’Union internationale des télécommunications (UIT) a déclaré qu’il était «nécessaire d’informer le public des effets potentiels de l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM)» et a invité les États Membres «à adopter mesures appropriées pour assurer le respect des recommandations internationales pertinentes en matière de protection de la santé contre les effets néfastes des CEM ».

Examen à mi-parcours du plan d'action européen en faveur de l'environnement et de la santé 2004-2010 (2008): «Le Parlement européen […] constate que les limites d'exposition au public appliquées aux champs électromagnétiques sont obsolètes,… évidemment. ne tiennent pas compte de l'évolution des technologies de l'information et de la communication, des recommandations de l'Agence européenne pour l'environnement ou des normes plus strictes en matière d'émissions adoptées, par exemple, par la Belgique, l'Italie et l'Autriche, et n'abordent pas la question des groupes vulnérables, tels que les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants. "

Résolution 1815 (Conseil de l'Europe, 2011): «Prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l'exposition aux champs électromagnétiques, en particulier aux radiofréquences des téléphones portables, et en particulier l'exposition des enfants et des jeunes."

Environnement

Déclaration de la Conférence des Nations Unies sur l'environnement humain (1972): «Les rejets de substances toxiques… en quantités ou concentrations telles qu'elles dépassent la capacité de l'environnement à les rendre inoffensives, doivent être arrêtés afin d'assurer que des dommages irréversibles ne sont pas infligés aux écosystèmes »(principe 6).

Charte mondiale de la nature (1982): «Les activités susceptibles de causer un préjudice irréversible à la nature doivent être évitées… [Si les effets néfastes potentiels ne sont pas pleinement compris, les activités ne doivent pas être menées à bien» (art. 11).

Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement (1992): «Les États ont… la responsabilité de veiller à ce que les activités relevant de leur juridiction ou de leur contrôle ne causent pas de dommages à l'environnement d'autres États ou de zones ne relevant d'aucune juridiction nationale» (principe 2) .

Sommet mondial des Nations Unies sur le développement durable (2002): «Il est urgent de… créer des réponses politiques nationales et régionales plus efficaces aux menaces environnementales pour la santé humaine» (par. 54 k)).

Convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles (2017): «Les parties prennent… toutes les mesures appropriées pour prévenir, atténuer et éliminer dans toute la mesure du possible les effets néfastes sur l'environnement, en particulier des effets radioactifs, toxiques et nuisibles. autres matières et déchets dangereux »(art. 13).

* Maharishi Mahesh Yogi, (1918-2008) a enseigné le Veda toute sa vie, dans ces aspects pratiques comme la Méditation transcendantale, les techniques de MT-Siddhis, les sons primordiaux, les yagyas et j’en oublie sûrement, mais aussi dans ces aspects connaissance en restructurant et complétant les parties manquantes de la littérature védique.

Si vous souhaitez lie la suite de cet article,
cliquez ICI.